Dossier 2/2 Fonctionnement d’un rachat de crédit

Le principe du rachat de crédit est assez simple : il permet à un débiteur endetté auprès de plusieurs organismes financiers de fusionner tous ses crédits en un seul, afin en théorie de simplifier et alléger la charge budgétaire.

En pratique ce rachat est réalisé par un autre organisme financier spécialisé rembourse les dettes du débiteur auprès de ses créanciers puis lui fait un prêt d’un montant correspondant au coût total de ce rachat.

Attention à bien être vigilant

Mais attention : un remboursement anticipé est bien souvent payant et source de frais onéreux, de plus, le racheteur de crédit prend une commission, ce qui veut dire que le montant total des créances après le rachat est souvent supérieur au total avant le rachat.
Pour « faire passer la pilule » et proposer des mensualités réduites, le nouveau crédit est en général de longue durée (20 ans ou plus), ce qui implique fatalement des intérêts plus lourds à payer à la fin et un coût total des crédits qui augmente assez lourdement.
Enfin, les racheteurs de crédits sont des créanciers rarement compréhensifs, ce qui signifie qu’ils ne tolèrent presque jamais le monidre retard de paiement et utilisent tout de suite leur « arsenal » : menaces de saisie et si il le faut, saisies.

Tout ce qu’il faut savoir

A lire aussi un article sur le site http://www.calcul-pinel.fr

 

Plus grave, ces services de rachat de crédit fournissent également ce qu’ils présentent comme une trésorerie, mais en réalité, il s’agit d’un « crédit revolving » (ou « réserve d’argent »), ce qui est un concept particuliéremet dangereux : le principe est en effet de proposer une réserve d’argent qu’il est possible de dépenser, puis de reconstituer petit à petit en payant des mensualités en apparence faibles. Mais en fait, ces remboursements faibles cachent une durée de paiement allongée (3 ou 4 ansà et surtout un taux d’intérêt quasi équivalent à celui de l’usure (environ 20 %), ce qui fait qu’une réserve de ce type a un coût faramineux et réprésentent un risque majeur de glissement vers le sur-endettement.

Pour conclure, je dirais que lorsque l’on a l’impression d’être étouffés par tous ses crédits, plutôt que de prendre le risque de se livrer à un racheteur de crédit, il ne faut pas avoir honte de déposer un dossier en commission de surendettement afin de trouver une solution réelement efficace, évitant le risque de tout perdre, risque couru au moindre incident avec un crédit racheté.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *